lettre perdue

A celui qui peut être un jour lira cette lettre et se reconnaîtra,
Parce qu'il m'a redonne envie de me battre alors que je n'avais plus la force d'avancer.

A mon amour,

A ce que j'ai perdu un jour d'été alors que mon cœur se propulsait à la vitesse d'une fusée vers un ciel étoilé. A ces milliers de morceaux de mon cœur qu'un autre a éparpillé alors que je lui avais offert sur un plateau d'or. A mon innocence volée que je regrette a présent.

J'ai beau essayer de suivre ma raison, je me rappelle sans cesse les mots d'une amie qui martèle ma tête : tu vois, je croyais que l'amour était ce qu'il y avait de plus fort, mais la vie s'est bien joue de nous. Elle disait si juste.

Je ne sais plus quel jour tout s'est brise en moi. Mais je me souviens d'un cri étouffe qui emplissait mon cœur. Mes yeux étaient humides et mon corps se vidait de toute énergie. Tant d'énergie perdue pour un but si futile. A tant vouloir trouver le bonheur, je me suis évanouie.

Je me regarde dans le miroir et je ne vois que la pale ombre de moi même. Mes yeux si bleus du ciel deviennent alors verts de chagrin et l'azur lointain laisse place à une nuit glaciale et interminable.

Je me suis crevée les yeux pour ne plus à avoir à regarder la misère affective de ce monde et maintenant, je me noie dans les éclats de perles qui étaient ma fierté.

Mon amour, un amour si pur, n'est plus. Il a claqué la porte un soir de printemps et s'en est allé avec la brise du soir. Mais tout le monde le sait, le printemps est la saison des rafales de vent qui emportent tout sur leur passage et maintenant je contemple de loin les éclats de mon corps brise qui gît à mes pieds.

Cet amour si fort que je pensais ressentir et partit en même temps que je perdais cette innocence des sentiments et mes cris étouffes qui voulaient le retenir l'ont laisse libre d'aimer celle qui lui était destine.

Pourtant tu es là, tu te dresses devant moi, tu ris et tu pleures. Tu as beau me ressembler, mon désarroi que toi seul sembles avoir compris est mon fardeau en ce monde des anges déchus.

J'ai rêve souvent que j'étais un ange banni du bonheur divin. Maintenant je rêve que je me suis brise mes ailes à trop vouloir porter ce fardeau qui est le mien et à trop vouloir ne pas l'imposer à quelqu'un.

Qu'y faire à pressent? Je marche seule dans la vallée des ombres et mon regard profond se perd dans le vide de ma vie tandis qu'a chaque pas vers moi, mon cœur prend peur, s'agite et batifole pour me faire toujours plus mal et me rappeler éternellement cette blessure rougeoyante qui coule en mes veines.

Ce bouillon d'émotion si affole, si apeuré, cherche une main tendue, ma sa douleur si intense, si perçante et si omniprésente l'empêcher de respirer pour mieux se contrôler.

Comment croire à l'amour lorsque les fantômes du passé vous harcèlent et vous hantent dans vos jours et dans vos nuits et se noient dans votre cœur pour mieux le dépouiller.

Je ne sais comment vous dire, ange très cher, j'ai peur d'aimer, j'ai peur de ce que je ressens, j'ai peur de ce que je pourrai ressentir. L'avenir m'angoisse plus qu'il ne m'apaise et maintenant que tout semble se calmer dans ma vie, je regarde le trouble de l'eau pour y trouver les éclats d'un cœur démoli et réduit en poussière.

Je prends dans mes mains si éclats de peur et d'amour et verse dessus les larmes de mon corps qui se languit loin de son cœur.

Des innocences perdues qui s'imicent sans bruit, j'en ai toujours vu, au lointain dans la nuit.

Je me bats contre mes fantômes et donne des coups dans des moulins à vent, mais mon cœur qui bat, me réchauffe mon corps et me pousse à espérer encore à des chimères bien amères qui ne seront certainement pas convaincre la reine d'un royaume délaisse à vouloir immigrer vers un sieur solide, léger, souple et éternel.

Mais toi, mon amour, toi que je cherche toujours, tu es là prêt de moi et me glisse tout bas que la route est longue et que je dois la tracer.
Un jour, peut être, j'aurai recueilli les morceaux. Un jour, peut être aurai je recousu les morceaux avec un joli fil d'or et rencontrerai un amour si fort qu'il me donnerai envie de me battre et qui sait peut être même la force d'aimer



10/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres